invité d'honneur

Why We're Great >

Dimitri Coppe Maka_15.jpg

DIMITRI COPPE (1969, Belgique)


Pendant ses études, Dimitri Coppe découvre, allongé dans la pénombre, "Come out" de S. Reich. Suite à cette double expérience de son électroacoustique et d'écoute acousmatique, il commence à pétrir le son en autodidacte. Après une très brève paranthèse en architecture, il revient vers la musique et étudie la composition électroacoustique au conservatoire et la musicologie à l'université de Bruxelles.

D'emblée, le concert lui paraît incontournable. C'est à dire la rencontre publique, l'écoute collective et la performance à partir d'un instrument sonore construit in situ, éphémère et dédié à un espace. Dès lors, il développe à partir d'une double filiation -empirique et académique- un instrument qui est une combinaison de moniteurs de studio, de haut-parleurs de sonorisation mais aussi de constructions personnelles (totem, guirlandes de piezos...). A partir de cet instrument à géométrie variable (8 à 120 hp suivant les projets), davantage expressif que fidèle, ses performances associent librement composition, improvisation et spatialisation.

 

A côté de projets en Belgique, il collabore à des formats inhabituels. Olbers' paradoxe est un concert nocturne de 22h à 7h (théâtre Grüttli, Genève). 6x + 1 est un collectif d'improvisation mixte : instruments + électronique + spatialisation (Schaffhauser Jazz festival). Siren solo est une performance en extérieur avec des sons de sirène (Biennale des arts indépendants de Genève). Microvox est un "solo instrumental" avec un dispositif frontal et très réduit : totem + 4 pavillons (festival Makaronic, Genève). Plus récemment, Et tout se tut- Und alles schwieg, une composition fondée sur des vers de R. M. Rilke, destinée à la radio est ensuite adaptée pour un live en 4 x 4 canaux (ABC, La Chaux-de-Fonds).. Privilégiant la profondeur de l'écoute propre au concert, il collabore occasionnellement avec le cinéma (H. Cleven), la danse (Log, W. Vandekeybus), le théâtre (Transquinquennal) et la radio (Radiophon'ic, Ars acustica Art’s Birthday).

Davantage sur www.dimitricoppe.be